28 février 2013

Le charme des liaisions

Trois couples, trois histoires d'amour et de haine... Le roman commence avec Catherine, dont le mari, Jean, a disparu sans explication, et qui espère son retour; Lorsque, un été, elle rencontre à l'île de Ré un inconnu vêtu de noir : Maxence, c'est le coup de foudre !

Toutes deux mariées, ses plus proches amies, Hélène et Béatrice, tentent de la mettre en garde contre un emballement aussi brusque...

En fait, chacune de son côté assiste à l'érosion de l'amour dans son couple et croit y échapper en entretenant des liaisons extraconjugales. Telle la passion, "l'amour pour toujours" qu'on s'est juré en se mariant est-il condamné à n'être qu'un feu de paille ?

Dans ce roman d'émotion et de charme, la romancière, Madeleine Chapsal, aborde la question capitale de l'amour tel qu'on le vit, tel qu'on le perd - et réussit à le réinventer.

Il n'y a pas que les plaisirs de bouche que Catherine conserve en mémoire : il y a ces purs moments de joie pour aller quérir quelque nourriture en forêt ou au potager et pour la savourer ensuite en compagnie de la cuisinière, ravie de faire aussi hautement plaisir ; avec un chien sous la table, un chat sur le manteau de la cheminée fixant la tablée de ses yeux jaunes et impénétrables; le repas ponctué des compliments de l'homme de la maison. Une satisfaction profonde qui lui a donné le sentiment - ineffaçable - que la vie peut être bonne. En certains lieux, à certaines heures, en dépit de tout.

Posté par fedou à 10:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


07 février 2013

A Mélie, sans mélo

Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Pour la première fois, sa petite-fille, Clara, vient passer les grandes vacances chez elle. La veille de son arrivée, Mélie apprend qu'elle a un problème de santé...

Elle verra ça plus tard. La priorité, c'est sa Clarinette chérie ! Durant tout l'été (le dernier ?), Mélie décide de fabriquer des souvenirs à Clara. Des rigolos. Comme regarder pousser les bambous en écoutant La Traviata, chanter sous la pluie des chansons de Nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins.

Il y a aussi le vieux Marcel, qui va apprendre à Clara à faire de la mécanique...

Et puis, comme la vie est vraiment dingue, il y a Mélie qui va rencontrer le grand amour... Cent cinquante ans à eux deux? Mais quand on aime, on ne compte pas!

- Barbara Constantine-

photo (4)" Après le déjeuner, c'est Mélie qui décide du programme. Hier, par exemple, elles ont passé plusieurs heures à regarder pousser les bambous. Mélie dit que s'ils grandissent de quinze à vingt centimètres par jour, on devrait les voir pousser. Elles se sont installées dans des fauteuils, avec de quoi manger, boire, et écouter de la musique. Elles ont écouté La Traviata en entier, Mélie adore la Callas. Pour regarder pousser les bambous, c'est pas mal, l'opéra... Il y a juste que, des fois, pour mieux écouter, on ferme les yeux. Et là, c'est possible que ce soit pile le moment où il se passe des choses..."

Posté par fedou à 19:07 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :

24 janvier 2013

Et puis, Paulette...

C'est le titre du livre que je viens de finir, écrit par Barbara Constantine.

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement heureux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s'effondrer. A l'évidence, elle n'a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l'inviter à la ferme. L'idée le fait sourire. Mais ce n'est pas si simple, certaines choses se font, d'autres pas...

Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.

De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s'agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d'enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette...

 

20130124_163741

" Onze heures. Simone et Hortense attendent depuis une heure, assises sur leurs chaises, postées en face de la porte. Elles tricotent. Ce matin, elles se sont levées plus tôt que d'habitude. Simone a commencé par rajouter du bois dans le poêle, puis elle a posé la cafetière sur la plaque pour réchauffer le café de la veille."

Un roman qui sent bon la campagne et la solidarité et qui, même dans les transports parisiens, arrive à nous faire évader.

Posté par fedou à 18:37 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags :

21 janvier 2013

Début d'une semaine, fin d'un livre.

Je viens de terminer Le confident de Hélène Grémillon. Un excellent livre selon moi.

Camille vient de perdre sa mère. Parmi les lettres de condoléances, elle découvre un étrange courrier, non signé. Elle croit d'abord à une erreur mais les lettres continuent d'arriver, tissant le roman de deux amours impossibles, de quatre destins brisés.

3573649903

" Ma mère tenait la mercerie du village. Après l'école, nous nous y rendions tous les deux, moi pour rejoindre ma mère, Annie pour rejoindre la sienne qui y passait la moitié de sa vie, la moitié qu'elle ne passait pas à coudre."

 

Posté par fedou à 16:06 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

17 décembre 2012

Une semaine qui commence bien

 

 

blog 001En voilà une semaine qui commence bien! En flânant à la librairie ce midi je suis tombée sur "Les tricoteuses du bord de mer" et j'ai été incapable de repartir sans ce livre sous le bras.

Et en rentrant à la maison, ma "Little charity box" m'attendait sagement... Si c'est pas un super lundi ça (sans compter que, si la fin du monde n'est pas pour tout de suite, les vacances de Noël, elles, arrivent à grand pas!).

Posté par fedou à 18:45 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,