05 août 2019

Une évidence - Agnès Martin-Lugand

Reine mène une vie heureuse qu'elle partage entre son fils de dix-sept ans et un métier passionnant. Une vie parfaite si elle n'était construite sur un mensonge qui, révélé, pourrait bien faire voler son bonheur en éclats...

Quel plaisir de retrouver la plume de cette auteure. L'histoire se déroule entre Rouen et Saint-Malo, deux villes que j'aime beaucoup. Le décor est planté, la mer, les remparts, les corsaires, les épices et le café, j'ai adoré l'atmosphère générale qui s'en dégageait. 

Au centre des romans d'Agnès Martin-Lugand ce sont toujours des personnages féminins. Comme Reine, dans "Une évidence". Elle a la quarantaine et arrive à une période un peu clé de son existence, une période de questionnements et de remise en cause. 

J'aime l'écriture fluide et légère de Agnès Martin-Lugand. C'est un joli roman d'été, où les destins se croisent et parfois s'entrechoquent. Il se déguste comme un délicieux plateau de fruits de mer au bord de l'océan.

860_une_evidence

Ça faisait mal d'aimer. Peu importe qui on aime. On perd toujours ceux qu'on aime."

Posté par fedou à 11:15 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


24 juillet 2019

De là, on voit la mer - Philippe Besson

Une villa en Italie, le soleil trop fort, des ferries qui font la traversée vers les îles, une romancière qui peine à finir un livre, un jeune officier de l'Académie navale, un accident de voiture à des centaines de kilomètres, l'enchaînement des circonstances, la réalité qui rejoint la fiction, la fin d'un amour,le commencement d'un autre peut-être.

Dans ce roman,l'auteur dresse le portraitd'une femme puissante et de deux hommes fragiles, en proie à des hésitations sentimentales. 

" Et puis, c'est le silence. Pas le silence merveilleux de la villa de Livourne. Ni celui anxiogène de la chambre du blessé. Non plutôt celui, déroutant, d'après les disparitions. Celui où quelqu'un manque. On cherche une présence, un écho ordinaire et rien, on se heurte à l'invisible, on comprend qu'on est seul désormais, tout à fait seul, que personne ne viendra troubler ce silence qui nous écrabouille".

Hafen-Livorno_Toskana_Italien-1200x700

Ce livre est extrêmement bien écrit, dans un style travaillé et juste. Les descriptions sont précises et nous embarquent totalement dans la chaleur de l'automne italien. Rien ou presque n'est dans les dialogues, tout passe dans l'émotion, les regards, mais aussi dans la façon de dire implicitement les choses, ce langage non verbal que l'écrivain manie avec talent et subtilité. Sur les thèmes du sentiment et du renouveau, il est assurément très fort. Il y a aussi cette solitude, ni douloureuse, ni oppressante qu'il sait décrire à merveille.

Posté par fedou à 17:33 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 juin 2019

Eleanor Oliphant va très bien - Gail Honeyman

Peu soucieuse des bonnes manières et du vernis social, Eleanor Oliphant dit les choses telles qu'elle les pense. Fidèle à sa devise "Mieux vaut être seule que mal accompagnée", elle évite ses semblables et préfère passer ses vendredis soir en compagnie d'une bouteille de vodka. Rien ne manque à sa vie minutieusement réglée et rythmée par ses conversations téléphoniques hebdomadaires avec "maman". MAis tout change le jour où elle s'éprend d'un chanteur de rock. Eleanor découvre alors que, parfois, même une entité autosuffisante a besoin d'un ami...

Comme une Jane Eyre contemporaine, la Eleanor Oliphant de Gail Honeyman est une femme marquée par une profonde solitude et l’ombre d’une enfance déchirante. J’ai adoré cette histoire.

 

https___img

Eleanor Oliphant va très bien est de ces romans à part, entre textes littéraires et fictions plus commerciales : tout à fait accessible mais très bien écrit, aussi lucide et intelligent que drôle et émouvant.

Posté par fedou à 10:38 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,

04 avril 2019

Ceux qui restent - Busquet/Xöul aux Editions Delcourt

L'histoire :

Dans une ville, une nuit comme les autres, une créature bibendumesque pénètre par la fenêtre dans la chambre du petit Ben (10 ans). Le monstre (gentil) explique au gamin réveillé en terreur qu’il s’appelle Wumple et qu’il est venu le chercher car lui seul peul l’aider à sauver son royaume fantastique. Excité par l’idée de devenir un héros, Ben accepte et s’en va par la fenêtre, en volant au côté de Wumple. Au petit matin, ses parents le cherchent partout dans la maison… Mais Ben a disparu. Ils appellent la police, qui dépêche sur place deux de ses meilleurs inspecteurs. L’interrogatoire conclut évidemment que la famille est tout à fait aimante et normale. Les indices indiquent que Benjamin a quitté la chambre par la fenêtre. Les flics en déduisent la seule explication possible : une fugue, bien que ce ne soit pas le genre du gamin. Dans les jours et les semaines qui suivent, la population toute entière se mobilise pour tenter de le retrouver, car les appels médiatiques des parents émeuvent. On placarde des affiches en ville, on manifeste, on fait des battues en campagne… mais ça ne donne rien. Et puis aussi soudainement qu’il avait disparu, plusieurs semaines plus tard, Ben est de retour dans son lit. Il raconte à ses parents une histoire complètement dingue de dragons et de guerre contre des forces du mal… Interloqués, les parents mettent cela sur le compte d’un désordre psychologique. Tout en prévenant police et médias de ce retour incroyable, ils font analyser le gamin par des psychiatres. Ils ne sont pas au bout de leurs peines, car Ben va bientôt re-disparaître dans les mêmes circonstances… mais plus longtemps. Les autorités et la rumeur commencent à trouver cela très louche, les parents se retrouvent esseulés et démunis. Une surprenante association va alors entrer en contact avec les parents…

En utilisant beaucoup les voix off narratives, Busquet intrigue à la perfection et nous mène jusqu’au terme d’un conte décalé, finalement plus frissonnant que moral.

ceux-qui-restent-case3

Posté par fedou à 14:01 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

03 mars 2019

PS. Tu me manques - Brigid Kemmerer

Juliet a toujours écrit à sa mère. Depuis sa mort soudaine, cette habitude est pour elle comme une bouée de sauvetage. Même si les courriers de Juliet restent sans réponse, elle continue de les déposer sur sa tombe chaque semaine.

Declan n'aurait jamais cru q'une lettre pourrait changer sa vie. Pourtant, celle qu'il trouve au cimetière, où il fait des travaux d'intérêt général après le lycée, le touche profondément...Et il ne peut s'empêcher d'ajouter deux mots.

Commence alors une correspondance inattendue entre le crépuscule et la fille du cimetière. Deux étrangers que tout oppose. Ce qu'ils ignorent , c'est que leurs routes se sont déjà croisées.

http___www

Comme Désirée et Benny dans 'Le mec de la tombe d'à côté' (K. Mazetti), Juliet et Declan, lycéens, font connaissance dans un cimetière. Mais indirectement, par le biais d'une lettre posée sur une tombe, adressée à une défunte et lue par curiosité. Un roman "pour adolescents", pris totalement par hasard sur les rayons de la bibliothèque, et qui s'est avéré complètement addictif et bouleversant…

Dans le flot de toutes les pensées qui me traversent à la fin de ce livre, je me dis que c'est dommage de séparer la littérature en catégories! Ce roman magnifique était clairement estampillé "jeunesse", alors qu'il est profond, bien écrit et que tout le monde pourrait y puiser de fortes émotions.

Posté par fedou à 19:53 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,


08 août 2018

Avant d'aller dormir - S.J.Watson

Chaque matin, c'est le même effroi. La même surprise.
En se découvrant dans la glace, Christine a vieilli de vingt ans. Elle ne connaît ni cette maison, ni l'homme qui partage son lit.
Et chaque matin, Ben lui raconte. L'accident. L'amnésie...
Ensuite, Christine lit son journal, son seul secret. Et découvre les incohérences, les questions, tout ce qu'on lui cache chaque matin, posément. Peut-être pour son bien... Peut-être pas.

photo-49Ce livre est tout simplement fou d'originalité et de brio. Personnellement, j'ai soupçonné tout le monde, me suis approché de la vérité puis j'ai douté... Bref, ce roman m'a tenu en haleine tout au long de sa lecture. La construction est intelligente, le suspens perdure de la première à la dernière page. C'est un thriller haletant qu'on ne veut pas lâcher avant de connaître la vérité. Je pensais ne pas trop aimer les policiers, j'avais souvent du mal à accrocher. Ici, c'est tout le contraire; on a les sens en alertes, l'intrigue est rondement menée mais avec finesse. J'ai tout simplement dévoré le livre en trois jours: un vrai coup de coeur qui maltraite un peu nos méninges et mes les nerfs à rude épreuve. (D'ailleurs, j'ai vu qu'un film était sorti en 2014, je ne sais pas ce qu'il vaut mais souvent ça prouve la réussite du livre!)

" Que sommes nous d'autre que la somme de nos souvenirs?"

 

Posté par fedou à 11:17 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , ,

18 juillet 2018

Ma vie de pingouin - Katarina Mazetti Editions Gaïa

ob_e9d05d_antarctique

Vous rêvez d’une croisière de l’extrême ? Alors, c’est parti pour l’Antarctique !
Sur le navire, une globe-trotteuse septuagénaire répertorie les similitudes entre humains et animaux. Et elles ne manquent pas, grâce à une brochette de voyageurs bigarrés venus se frotter aux épaulards tueurs, albatros, pétrels et autres éléphants de mer.
En route pour le bout du monde, Tomas file vers son objectif ultime, en finir avec les tracasseries de la vie, seul sur la glace.
C’est compter sans les quelque quatre cent mille manchots royaux qui peuplent les lieux, et sans Wilma dont la bonne humeur inébranlable laisse croire que tout lui sourit.
Quoi de mieux pour réchauffer les coeurs en perdition qu’un iceberg, pour peu qu’il se retourne, révélant le pingouin qui sommeille en chacun ?

Sur ce bateau loin de tout, le microcosme est idéal pour les intrigues et les fines observations. Les langues se délient, et l'on accompagne tout ce beau monde en faisant leur connaissance pour notre plus grand plaisir. Wilma cache un énorme secret, Tomas va trouver une nouvelle flamme dans les immensités glacées, les anciennes amours se réchauffent, le mal de mer se soigne par l'amitié, les timides s'émancipent et les ornithologues amateurs observent...les complicités de voyage sont pleines d'anecdotes piquantes, et l'on sent presque un parfum de "la croisière s'amuse" version suédoise, charmante et rafraichissante.

La plume de Katarina Mazetti nous offre ici une joyeuse galerie de portraits, un message écologiste, une histoire colorée et drôle. Un roman frissonnant sur l'amour et l'amitié, et l'avenir de la planète.

"Tous les humains sont des icebergs. Il faut se souvenir que neuf dixièmes de nous sont invisibles sous la surface. C'est ce qui rend l'existence si intéressante."

" Son cœur est si vaste qu'il commence probablement au niveau de ses genoux pour se terminer à hauteur d'épaules."

Posté par fedou à 10:48 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 juin 2018

Dans la forêt - Jean Hegland editions Galmeister

539669_552890314751825_658894217_n-604x270

Rien n’est plus comme avant : le monde tel qu’on le connaît semble avoir vacillé, plus d’électricité ni d’essence, les trains et les avions ne circulent plus. Des rumeurs courent, les gens fuient. Nell et Eva, dix-sept et dix-huit ans, vivent depuis toujours dans leur maison familiale, au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents disparaissent, elles demeurent seules, bien décidées à survivre. Il leur reste, toujours vivantes, leurs passions de la danse et de la lecture, mais face à l’inconnu, il va falloir apprendre à grandir autrement, à se battre et à faire confiance à la forêt qui les entoure, emplie d’inépuisables richesses.

"Dans la forêt" est la transcription du journal de Nellie, l'un des derniers liens qu'elle maintient avec sa vie d'avant, dont elle se détache peu à peu... La fin du monde tel que nous le connaissons ne survient ni dans une explosion apocalyptique, ni dans le chaos d'une guerre mondiale. C'est une extinction progressive, insidieuse, des attributs d'une modernité devenus tellement évidents qu'ils déterminent les besoins, les comportements et les désirs des hommes.

Si Eva et Nellie s'entêtent dans un premier temps à se préparer en vue du retour à une vie "normale", elles réalisent ensuite la vacuité de leurs espoirs, s'adaptant à leurs nouvelles conditions d'existence, nouant avec la forêt des liens de plus en plus intimes. Leur relation elle-même évolue, malgré les tensions ou le découragement qui la plombent parfois, vers une puissante et bouleversante union sororale.

Rompant avec le pessimisme souvent inhérent aux récits dont l'ambition est de nous projeter vers demain, Jean Hegland propose avec "Dans la forêt" un autre avenir possible, une alternative à l'illusion consistant à croire que l'accomplissement de l'humanité réside dans l'optimisation du progrès technologique et le développement des modes de communication.

Et si la fin était en réalité le début, la possibilité d'un retour à la vie que nous méritons, pour laquelle nous sommes réellement faits... ? Si elle était une deuxième chance qui nous est offerte de réapprendre à jouir sans les gâcher des ressources offertes par la nature, de redevenir ce que nous sommes vraiment, un élément parmi d'autres de ce grand tout qu'est notre environnement, de redécouvrir que l'épanouissement tient à la fois à beaucoup et peu de choses, mais en tous cas pas à ce qu'on veut nous faire croire, pas à la possession, pas à la domination... Si elle était l'occasion de réaliser qu'un être cher et une forêt suffisent... ?

"Petit à petit, la forêt que je parcours devient mienne, non parce que je la possède, mais parce que je finis par la connaître. Je la vois différemment maintenant. Je commence à saisir sa diversité – dans la forme des feuilles, l’organisation des pétales, le million de nuances de vert. Je commence à comprendre sa logique et à percevoir son mystère."

"C'est incroyable comme l'espoir plane tout prêt au-dessus du désespoir."

Posté par fedou à 12:02 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 avril 2018

La ferme du bout du monde - Sarah Vaughan

W8_la_ferme_du_bout_du_monde_clic

Cornouailles, une ferme isolée en haut d'une falaise. Battus par les vents de la lande et les embruns, ses murs abritent depuis trois générations une famille... et ses secrets.

1939. Will et Alice trouvent refuge auprès de Maggie, la fille du fermier. Ils vivent une enfance protégée des ravages de la guerre. Jusqu à cet été 1943 qui bouleverse leur destin.

Eté 2014. La jeune Lucy, trompée par son mari, rejoint la ferme de sa grand-mère Maggie. Mais rien ne l a préparée à ce qu elle y découvrira. Deux étés, séparés par un drame inavouable. Peut-on tout réparer soixante-dix ans plus tard ?

C'est un roman qui vous plonge dans l'atmosphère des Cornouailles: on entend les vagues, on sent le vent et la pluie, on respire l'odeur de l'herbe et de la ferme... Je ne peux pas vous en dire plus car tout tient dans le suspens et plus on lit, plus on a envie de savoir, un dénouement qui n'intervient qu'à la toute dernière page!

Destinées prises dans les tourments de la Seconde Guerre mondiale, enfant disparu, paysages envoûtants de la Cornouailles, La Ferme du bout du monde a tout pour séduire les lecteurs de L Île des oubliés, d'Une vie entre deux océans et de La Mémoire des embruns.

"Je déteste avoir du sable entre les orteils.
(...) : du sable entre les orteils, c'est justement ça la vraie vie, non ?"

Posté par fedou à 10:14 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 mars 2018

Lettres à Stella - Iona Grey

Sanctuary-_Air_Raid_Shelter_in_John_Keble_Church,_Mill_Hill,_London,_England,_1940_D1435

À la nuit tombée, fuyant la violence de son compagnon, une jeune femme court dans les rues glacées de Londres. Jess n’a nulle part où aller. Surgissant dans une ruelle déserte, elle trouve refuge dans une maison abandonnée. Le lendemain matin, le facteur glisse une lettre mystérieuse par la porte. Incapable de résister à la tentation, Jess ne peut s’empêcher de la lire et se retrouve plongée dans une histoire d’amour d’un autre temps.

J'ai adoré ce roman qui malheureusement ne m'a duré que quatre petits jours. C'est un livre qui interroge sur l'amour, sur sa redécouverte et sa persistance, mais pas que! Le décor d'une Londres sous le Blitz et de nos jours m'a transporté. C'est l'histoire d'un amour absolu, sacrifié par la vie, le temps et l'époque. On y parle aussi énormément de bienveillance et de douceur...

Si vous aimez les romans historiques, d'amour, avec des secrets et un peu de suspens, courrez-y!

" Je t'ai promis un amour infini, à une époque où il m'était impossible de savoir si je survivrais une semaine de plus. Aujourd'hui, il semblerait que l'éternité touche à son terme. Pas un instant je n'ai cessé de t'aimer. J'ai essayé, pour ne pas perdre la raison, mais je n'ai jamais été près d'y parvenir, pas plus que je n'ai cessé un seul jour d’espérer."

large_000000

Posté par fedou à 12:26 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,